Château de Vallery, ouvrage style renaissance, reconstruit à partir de 1548

Source documentaire: Annuaire historique du département de l'Yonne, volume 6, édité en 1842

 

 

Le château de Vallery de nos jours

Pour consulter le livre cliquez sur l'image ci- dessous, page 144

Extraits du livre:

A partir de 1555 le Maréchal de Saint André acquiert puis reconstruit le château de Vallery

Portrait de Jacques d'Albon vers 1562 (musée national du château et des Trianons,Versailles)

....est à cette époque que l'on voit le domaine de Vallery passer entre ses mains. L'histoire ne dit pas si ce fut par succession, par acquisition ou par donation du roi. En 1531, Vallery appartenait à une famille de Poirve. C'est ce que nous apprend le procès-verbal de la rédaction de la coutume de Lorris-Montargis, dans lequel figure Mesure Jacqties de Poirve comme seigneur de Vallery. Vingt-quatre ans plus tard, en 1555, quand on rédigea la coutume de Sens, la seigneurie de Vallery fut représentée par le maréchal de St.-André. 

Le maréchal de St.-André voulait qu'à Vallery s'élevât une demeure aussi élégante que Chenonceaux, aussi somptueuse que Fontainebleau, et c'est, selon une tradition qui a tout le caractère de la vraisemblance, au prince de l'architecture nouvelle, à Philibert Delorme, qu'il confia le soin d'exécuter ce projet....

 La veuve du Maréchal, Marguerite de Lustrac cède le château au Prince Louis Ier de Bourbon-Condé 

«Marguerite de Lustrac (c.1520-74), épouse de Jacques d'Albon,

seigneur de Saint-André, maréchal de France,

1548 " huile sur toile, lieu: Musée Condé, Chantilly, France"

Louis I, de Bourbon, Prince de Condé
"huile sur toile, anonyme, XVI ème siècle, au château de Versailles"

....Au premier rang de ces grandes dames, qui affichaient ouvertement leur penchant pour le prince de Condé, se trouvait Marguerite de Lustrac, veuve du maréchal de Saint-André. D'autres la surpassaient eu jeunesse et en beauté. Elle voulut les vaincre par les marques les plus publiques et les moins équivoques de sa passion. Pour cela elle quitta l'église dont son mari avait été un des plus solides appuis, et fit profession du culte protestant. Puis, cette résidence presque royale que le maréchal avait construite et embellie avec tant de luxe et de recherche, ce magnifique domaine de Vallery qui faisait l'admiration de toute la cour, elle le donna au prince en pur don....

…… On vit le premier prince du sang accepter publiquement les bienfaits de sa maîtresse, et puis, ensuite, la dédaigner pour passer à de nouvelles amours, en conservant ce gage somptueux de sa tendresse , la belle résidence de Vallery; ….

…..Le prince de Condé ne jouit pas longtemps de ce magnifique présent. Lorsqu'on l'avait vu aux premiers troubles commander à ce parti si compact et si puissant des protestants, un seigneur de la cour avait dit à Catherine de Médicis : « Le Diable y ait part qu'un tel en est le chef, » car je connais son humeur. S'il a mis une fois le nez dans cette petite » forme d'empire, jamais il ne s'en despartira, et troublera toujours » la France pour entretenir sa grandeur. Il nous serait meilleur que » seul M. l'admirai (de Coligny) s'en meslast; car il a l'ame plus » douce, plus capable en tout que l'autre (2). » 

L'événement justifia bien cette prédiction. Le prince se lassa bientôt des faciles plaisirs que la reine-mère lui préparait, et les protestants, qui voyaient la cour attaquer sourdement les concessions qu'elle leur avait faites et détruire chaque jour une partie de leurs franchises, le retrouvèrent disposé à seconder encore leur résistance et à conduire leur insurrection……. 

Le château resta dans la maison de Condé près de deux siècles

Film avec vues et activités actuelles, œuvre originale signée Jonathan Perrin Vansteenberghe, cliquez sur l'image ci-dessous

Yonne remarquable 1960915

Articles liés

RETOUR HAUT DE PAGE

 

Date de dernière mise à jour : 02/10/2016

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×