De Lapointe à .....

Rue Savinien Lapointe

Savinien Lapointe, le cordonnier poète

Cliquez sur le lien pour accéder au site de

LA   R E V U E   P l e i n   C h a n t
http://www.pleinchant.fr/revue/pagesplus/savinienlapointe.html

Extrait 

- Extrait de : Edmond Thomas, Voix d'en bas. La poésie ouvrière du XIXsiècle, François Maspero, 1979, p. 358.


Né à Sens le 28 février 1811, mort à Soucy (Yonne) le 29 décembre 1893, cordonnier de son état, Savinien Lapointe fut l'un des plus célèbres ouvriers poètes des années 1840. C'est à lui que les journaux ouvriers et démocratiques ouvrirent le plus leurs colonnes. Ce fut aussi l'un des poètes les plus talentueux de cette pléiade populaire. Il fut en relation très suivie avec Béranger. Eugène Sue, George Sand furent de ceux qui louèrent son œuvre. Combattant de 1830, des journées de juin 1832 et peut-être d'avril 1834, il chanta les héros de février 1848 et se présenta sans succès à la Constituante. Par la suite, il rallia l'Empire et devint bonapartiste. Il occupait depuis 1856, grâce à Béranger, un petit emploi au Gaz. Il se retira dans l'Yonne à la suite d'un accident ; c'est là qu'il mourut quelques années plus tard. Son œuvre se compose principalement de deux volumes de poésie, d'un recueil de chansons et de Mémoires sur Béranger.

x

Autre site


http://french.chass.utoronto.ca/sable/recherche/catalogues/ouvriers/biographies.htm

Extrait

Portrait de Savinien Lapointe

Savinien Lapointe 

Né à Sens d'un père cordonnier et une femme de ménage, il suivit sa famille à Paris en 1814. Son père étant tombé malade, Lapointe fut envoyé avec son frère à la campagne chez son grand-père. Jeune homme, il figura au premier rang des combattants de la révolution de Juillet et après les affaires d'avril, il resta en prison comme détenu politique. À Sainte-Pélagie il apprit la grammaire et étudia la langue, la poésie, la philosophie et les sciences sociales et politiques. Sortit de prison, il se maria et publia ses premiers vers dans La Ruche populaire, journal rédigé par des ouvriers. Il fut visité par Béranger et applaudi par Lammenais, Hugo et Léon Gozlan. Il mourut en 1893

 

 Le site 

ENCYCLO89

Cliquez sur

http://www.encyclo89.net/savinien01.html

présente des contes, poèmes et chansons tirés de divers recueils 

(A partir de ce site, vous pouvez télécharger ces documents

en format PDF en cliquant sur l'icône placée à côté des titres) :

Gravure présente dans le recueil de textes de Savinien Lapointe 
« Une voix d’en bas » (1844

Site: Cat'zArts

Cliquez sur:

http://www.ensba.fr/ow2/catzarts/voir.xsp?id=00101-86211&qid=sdx_q1&n=5&sf=&e=       

Beaux-arts de Paris, l'école nationale supérieure

Estampe. 

Savinien Lapointe . Portrait . 

     

Graveur : Cattelain, Philippe-Auguste. 

Bographie de Savinien Lapointe

sur le  site de Soucy,

village près de Sens,où il repose.

Cliquez sur

http://www.soucy89.com/index.php?mod=aff_pages_j.php&par=145&pp=4&s=27&o=16&aff=3

Extrait

Il est recensé en 1891, rentier, dans la 40éme maison de la route de Nogent au village de Soucy. Il a alors 79 ans, et sa domestique Sophie Convert, 60 ans.

Savinien Lapointe meurt le 29 décembre 1893, à 7 h du soir brutalement et est enterré à Soucy. Aucun de ses deux enfants n’est là. « Le Réveil sénonais » pris de court, utilise la biographie publiée par Le Figaro. Sa filleule, Savinienne, fut également mise en nourrice à Soucy.

Savinien lui dédiera un poème « Lorsque vous marcherez » qui commence par :

            Ma filleule, quoiqu’il en coûte
            A votre mère loin d’ici,
            Allons ! il faut se mettre en route
            Pour le village de Soucy
 




 

 

Date de dernière mise à jour : 03/03/2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×