Le couvent de Jacobins, à partir de 1227

Petite chronologie par

Bernard BROUSSE 

 de la Société archéologique de Sens. 

(Pour la Société française d'histoire de l'art dentaire, 1995)

La fondation

1206 : Dominique de Guzman, prédicateur castillan né à 
Calahorra en 1170, fonde à Toulouse l’ordre des Frères 
Prêcheurs. Innocent III l’avait envoyé combattre les hérétiques 
albigeois en Languedoc.

« Autodafé présidé par saint Dominique de Guzmán »

16-bis-berruguete-autodafe-flickr.jpg

Le tableau Saint Dominique de Guzmán graciant un hérétique, connu plus communément sous le titre Autodafé présidé par Saint Dominique de Guzmán, ouAutodafé tout court, fut peint par Pedro Berruguete(1450-1504) pour un polyptique du monastère dominicain Saint Thomas d'Avila

Vers 1500, Huile sur bois, 154 x 92 cm. Madrid. Musée du Prado.

source cliquez sur l'image

1216, 22 décembre, le pape Honorius III approuve solennellement 
l’ordre des Frères Prêcheurs.

1217, 12 septembre, les premiers disciples de Dominique 
arrivent à Paris et reçoivent asile dans l’hospice et la chapelle 
de Saint-Jacques récemment édifiés pour héberger 
les pauvres pèlerins (d’où le nom de Jacobin).

1221, 5 août, mort de saint Dominique (sa fête est à cette 
date).

1225 ou 1226 : formation de la Communauté de Sens ; le 
couvent semble être le 11ème de la Province de France.

1227 : les Dominicains de Sens plaçaient leur fondation 
en 1227 (Bouvier II p. 211). Notre couvent subsistoit l’an 
de N.S. 1227 comme le prouve une transaction passée 
entre le curé de Saint -Didier et nous au sujet des oblations 
(H. 581).

1229 : Les pères jacobins vinrent à Sens en 1229, ils firent 
bâtir dans la paroisse Saint-Didier... (Ms.T.)

Les Jacobins ont été amenés à Sens par saint Louis en 
1231 (Ms.T.) (Larcher de Lavernade p. 229)

On leur donna le marché des bêtes à cornes (Ms.T)

1240 : Les Frères Prêcheurs établissent dans leur couvent 
une conduite d’eau du Mondereau.

1240 (1239 v.s.) : Cession par les chanoines de Saint-
Pierre en l’église de Sens et autres, aux religieux jacobins 
de cette ville, d’un filet d’eau de leur moulin situé en 
dehors du cloître de Sens, près de la porte feu Gilon, 
pour être mené chez les religieux par un conduit souterrain… 
(Quantin n° 462)

1249 : Donation de droit de cens par Héloïse des Barres, 
dame de Chaumont, sur des maisons sises à Sens, sans 
conditions. (H. 578)

1273 : Simon de Sens se fait entendre dans l’église Saint-
Antoine de Paris le jour de la saint Mathias. L’histoire 
littéraire le présente comme un orateur grave, mais manquant 
de simplicité et de naturel. Thomas de la même 
ville prêcha dans l’église de Saint-Lanfroi… (Bouvier II p. 256) 

1347 : les Frères Prêcheurs obtiennent de Philippe de 
Valois tout le ruisseau le Merderel et de le détourner pour 
le faire passer dans leur monastère à la seule condition 
qu’il reprenne son cours régulier à la sortie et au-dessous 
de leur maison (J.J. 68)

Ouvrage de référence 

Le Couvent des Dominicains de Sens

Publié 1902 par P. Duchemin à Sens . 

livre-de-maurice-roy-1902-bis.jpg

Source Open library "The University of Chicago Library",

cliquez sur l'mage pour lire le livre en ligne

par ailleurs consultable au CEREP de Sens

 Le déplacement

1359 : Le dauphin Charles donne l’ordre de creuser des
fossés autour des murailles, ce qui entraîne la destruction
de nombreux édifices dont ceux des Jacobins.

Par acte passé le 22 février 1359, Pierre Payen (Pierre de
Varennes ou de Passy, Seigneur de Bellefontaine, écuyer,
chevalier du Roi), maître en la Chambre des comptes de
Paris leur offre asile dans « l’ostel des Segoignes » rue du
Grand Verger. (T.d.S. p. 593)

1360 : 5 avril, bulle du pape Innocent VI autorisant le
transfert du couvent.

Mai : lettres du Régent Charles accordant la sanction
royale à cet acte de générosité (H.578)

1362 : 7 mai, achat d’une maison voisine

1365 : le nouveau couvent est à peu près terminé, construit
avec les matériaux de l’ancien

1366 : novembre, lettres de Charles V accordant aux Dominicains
de Sens la permission d’avoir un cimetière
devant la porte de leur église.

Autorisation de Charles V et d’Urbain V d’enterrer dans

leur église les corps de ceux qui esliroient sépulture 

contrairement aux anciennes lois qui portaient défense
d’ensépulturer en l’enclos d’ycelle vole aucuns corps
mots, sinon les corps des Archevesques … (L.L. p. 103)

1371 : Consécration de l’église ; acquisition et réunion à
l’église du couvent de la chapelle voisine de Sainte-
Agnès.

Ils y réunirent en 1371, par la libéralité d’Adam de Nemours,
religieux de leur maison, promu à l’évêché de
Senlis, une chapelle de Sainte-Agnès qui tenoit à leurs
bâtiments (inscription placée dans l’église) (T.d.S. p.
593).

La réunion de la chapelle Sainte-Agnès occasionna les
plaintes du curé de Sainte-Colombe qui se voyait privé de
beaucoup d’offrandes (Ms. T.).

1372 : Pierre Payen est enterré devant le grand autel…

1374 : Disparition de la chapelle Saint-Louis de l’ancien
couvent : ses pierres sont utilisées pour une tour sur le
pont d’Yonne, etc… (T.d.S. p. 592)

1383 : Autorisation de Charles VI de percer sous la rue
une galerie voûtée afin que, « secrètement », ils puissent
aller à leur « Cave aux Censiers ».

Fin XIVe : Gontier Col, secrétaire du Roi, accorde au
couvent l’usage « d’une allée, court et ruelle » commune
; on ouvre une porte au fond de la ruelle pour permettre
au public de se rendre directement à l’église sans
traverser le couvent.

Les confesseurs des rois et des ducs

Jacques de Saint-Pierre : profession en juillet 1437 devint
sous-prieur. Il rédigea un supplément aux légendes
Jacques de Voragine.

Adam de Nemours : religieux profès, donateur de la chapelle
Sainte-Agnès (1371), confesseur du roi Jean, évêque
de Senlis, mort en 1378.

Maurice de Coulanges la Vineuse : professeur de théologie,
confesseur de Charles V (1377), pénitencier du Pape,
directeur du jeune Charles VI, évêque de Nevers, mort en
1395.

Martin Porée : précepteur de Jean sans Peur, évêque
d’Arras (1407) envoyé en mission par Jean sans Peur
auprès du roi d’Angleterre (1411), défenseur du duc au
Concile de Constance ; amnistie de Jean sans Peur du
meurtre du duc d’Orléans (1414), mort en 1426, député
par le Concile de Paris auprès de Jean XXIII pour le supplier
de donner sa démission, lecteur de la sentence de
déposition le 29 mai 1415, désigné par le nouveau pape
Martin V pour faire partie avec Henri de Savoisy (futur
archevêque) d’une députation envoyée à Charles VI pour
réconcilier le dauphin et le duc de Bourgogne… (Bouvier
II p. 386).

Jean Marchand : confesseur de Jean sans Peur (1407).

Laurent Pignon : confesseur de Jean sans Peur, instructeur
de Philippe le Bon, obtient 40 f. de la duchesse de
Bourgogne en 1421 pour icelle somme convertir en la
réfection de leur église qui par occasion de guerres avoit
esté désolée et destruicte, évêque de Bethléem (1423),

Actes. Société française d'histoire de l'art dentaire, 1995

évêque d’Auxerre (1432), prépare la réconciliation de
Philippe le Bon et de Charles VII, présent à Arras pendant
les six semaines précédant l’accord (1435), meurt en
1449.

La renaissance

1466 : 12 janvier, Jean Moreau et sa femme donnent une
maison sise dans la cour devant la porte de l’église.

1467 : Nicolas Col, prévôt de Sens, fils de Gontier, permet
de rouvrir la porte de la ruelle et donne la jouissance
complète de la ruelle…

1475 : Inhumation de Jacques du Roiset, secrétaire du
Roi, bienfaiteur du couvent.

Fin XVe : Le couvent, grâce à la générosité des habitants,
se relevaient de ses ruines, c’est de cette époque que datent
les belles fenêtre ogivales du réfectoire…

1475 : Le Chapitre provincial se réunit au couvent de
Sens, on y traita d’un conflit d’intérêt avec les Dominicains
d’Auxerre (Bouvier II p. 440)

1503 : 22 février, Vincent Bandelli, Maître Général de
l’Ordre, s’arrête à Sens. Au XVIe, le couvent a une quinzaine
de membres…

1508 : 7 août, Perrette Thibault, veuve de Guillemin Du-
four lègue au couvent une maison, cour et jardin, sise en
la ruelle entre l’hôtellerie de la Levrette et le jardin des
religieux.

1510 : 20 septembre, élection comme Provincial de
France de Gilles Charronnelles, fils d’un pauvre pêcheur
de Sens.

1517 : Fondation de la confrérie des pâtissiers (au nombre
de 15), en l’honneur de saint Honoré, en l’église des
Frères Préscheux de Sens, par chacun an, le 6ème jour
du moy… (Bouvier II p. 443)

1519 : Inhumation de G. Charronnelles

1525 : François Sylvestre, Maître Général de l’Ordre, est
à Sens

1540 : Procédure au Présidial contre Nicolas Mégissier
pour établir le droit à la redevance de 20 livres, appelée
les Torches, sur une maison située à Sens, devant le puits
de la Halle, appelée la Maison des Quatre Vents où il y a
de présent un arbre de Jessé… (H. 579)

1551 : Assemblée de la Province ; élection du prieur
d’Auxerre comme Provincial de France.

1555 : 4 novembre, réunion dans la grande salle du couvent
des 3 États du bailliage convoqués pour procéder à
la rédaction de la nouvelle Coutume de Sens.

Les Guerres de Religion

1562 : 22 février, le maire de Sens, Robert Hemard, fait
prendre une délibération pour combattre l’effet de ces
prêches (des protestants) et prier les Jacobins de la part
de la ville d’employer ce qu’ils pourront comme ils ont
fort bien commencé, à résister et prêcher contre les protestants…

12 avril, procession à l’église Saint-Savinien : le prédicateur 
est le dominicain Béguet qui met en garde les catholiques
contre les protestants. (non toutefois qu’il les incitât à se jeter sur lesdits hérétiques).

Massacre des protestants de Sens (Bouvier III P. 69). (NB : Beguet passa au 

luthéranisme mais d’après T. de Béze le ventre emporta
la tête et il abjura quelques propositions tenues par lui en
chaire et devint persécuteur de son ordre… )

1563 : Les armes des habitants de Sens sont déposées et
enfermées aux couvents des Cordeliers et des Jacobins.

1565-1572 : Le Pape Pie V donne 15 0000 1. pour le cloître
des dominicains de Sens ; ses armes se voyaient à la
face du costé du midi.

1576 : Mai, après le traité de paix d’Étigny, Catherine de
Médicis se voit refuser un Te Deum à la cathédrale ; le
lendemain, le sermon est fait par un docteur jacobin,
Maistre Prévot qui critique l’accord… (Bouvier III p. 95)

1582 : Un nouveau portail orné de très belles figures est
fait aux frais de Thomas Timbert, archidiacre de Provins.

1589 : 2 août, Jacques Clément, né vers 1560 à Serbonnes,
entré très jeune au couvent de Sens, exécute Henri III
à Saint-Cloud.

La décadence

1623 : Mort de Nicolas Cocheteau, dominicain de Sens,
grand ami du Cardinal Duperron, Vaugelas le regardait
comme le père de la langue française ; évêque de Darda-
nie in partibus… il meurt à 49 ans, au moment où il venait
d’être nommé évêque de Marseille. (T.T. p. 123)

1630 : Dom Morin : Dans la nef de ladite église des Jacobins
se voit une hardie montée à l’entour d’un pilier,
qui n’est supportée de rien que du seul pilier…

1649 : Nicolas de la Mare, né à Sens, supérieur de la Mission
à la Guadeloupe.

1652 : Mort de Nicolas de la Mare à 58 ans aux Antilles.

vers 1660 : Réfection des voûtes, mais seulement jus-
qu’au premier pilier du choeur.

1661 : 10 septembre, mort à 60 ans de Jean-Baptiste du
Boys, prieur, qui fit poser dans le cloître une grande inscription
commémorative de la fondation de l’Ordre, du
couvent (fautive : 1240), de son histoire…

Grave difficultés pour choisir un nouveau prieur : relâchement
de zèle et de discipline…

1682 : 8 avril, lettre donnée à Rome par le Père général
de l’Ordre : J. L. Floriot, vicaire et commissaire général
des couvents réformés de la Province reçoit autorité sur le
couvent de Sens, avec mission de le faire rentrer dans la
Règle et de remplacer le prieur et les religieux non réformés.


Lettres patentes invitant le Parlement de Paris à enregistrer
une commission du général de l’Ordre des Frères
Prêcheurs au P. Jean-Luis Fleuriot, vicaire et commissaire
général des couvents réformés de l’Ordre de la Province
de France, afin d’incorporer les religieux non réformés
(H. 578).

Au XVIIIe, le couvent est réduit à 7 ou 8 personnes.

En 1754 ou en 1760, ces religieux firent détruire la nef et
le choeur où ils chantaient leur office, et les chapelles
(Ms. T.).

1759 : L’église menaçant ruine, elle est démolie et le service
transféré dans le réfectoire transformé en chapelle.

1765 : Bail faisant de l’emplacement de l’église une annexe
du chantier de bois de Thomas Adenis…

1771 : Le bâtiment occupant l’angle des rues Beaurepaire
et Charles Leclerc est loué à la ville pour y mettre les
armes et effets de la milice.

1772 : Vers cette époque, la maison des Dominicains de
Sens était tombée dans une telle misère que la Commission
établie par le Roi pour la réforme des communautés
religieuses avait émis l’avis de supprimer le couvent et de
le réunir à celui de Provins.
La Communauté de Sens réagit et protesta : ils n’ont pas
de dette, les bâtiments ont été restaurés à grands frais…

1774 : 27 avril, chapitre provincial au couvent de Sens et
élection du Provincial de France.

1774 : 15 mai, lettre du Cardinal de Luynes au Général
des Dominicains pour proroger les pouvoirs du P. de
Coux, car il est le seul parlant anglais, à pouvoir confesser
les Anglois catholiques rommains réfugiés à Sens
(Roy p. 157)

1789 : la Communauté n’a plus que 6 religieux dont 4
seulement résident à Sens…

La disparition

1790 : 22 mai, tous les Dominicains de Sens déclarent se
soumettre aux décrets de l’Assemblée nationale et accepter
les pensions offertes.

15 septembre : Le père La Maille écrit qu’il restera dans
la maison jusqu’à ce qu’on l’expulsât par la force .

Le lendemain, un commissaire se présente et la communauté
est dissoute.

30 décembre, vente comme Bien national du clos de l’Esplanade


1791 : 14 janvier et 16 février, ventes des bâtiments
claustraux, de l’église etc…

1792 : La rue des Jacobins devient la rue Beaurepaire en
l’honneur de ce général qui s’est suicidé lors de la prise
de Verdun par les Prussiens (honneurs du Panthéon décrété
le 13 septembre 1792) (T. T. p. 100)

1794 : Un frère jacobin de ce couvent qui était le
concierge du club de la ville de Sens, et était devenu très
révolutionnaire, fut interrogé par le représentant Maure,
sur ce qu’il faisait avant la Révolution, sur ce qu’il faisait
depuis, et sur ses opinions politiques : qu’étois-tu avant
la Révolution ? -Jacobin -Quel est ton état aujourd’
hui ? -Jacobin -Quelle est ton opinion ? -Jacobin (Ms.
T.)

1847 : Victor Petit : l’église et le couvent des Jacobins ne
sont pas entièrement détruits…

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

plan-couvent-des-dominicains-entier-bis.jpg

Gravure   

Le Couvent des Dominicains de Sens

 Publié 1902 par P. Duchemin à Sens .


Vers 1920 : quatre fenêtres sont acquises par le « Georges
Blumenthal Home » à Paris et incorporées à la salle de
musique de cette demeure.

1935 : M. Blumentha, dixième président du Metropolitan
Museum, fait don des 4 fenêtres au musée des Cloîtres à
New-York.

fenetres-couvent-des-dominicains-5.jpg

Gravure  

Le Couvent des Dominicains de Sens

 Publié 1902 par P. Duchemin à Sens .

1950 : Mise au jour du souterrain des Jacobins, rue Beaurepaire 

1973 : Mise au jour de la conduite d’eau de l’ancien couvent
des Jacobins lors des travaux de terrassement de la
Résidence du Théâtre

1979 : Démolition du réfectoire des Jacobins
1995 : Destruction des derniers vestiges du réfectoire…

Les confréries

Confrérie de Saint-Honoré pour les marchands pâtissiers

(1517)
Confrérie du Rosaire (remontant à la prédication de
Saint-Dominique)

Confrérie de Saint-Jacques de Compostelle
Confrérie de la Madeleine pour les tonneliers
Confrérie de Saint-Éloi pour les serruriers
Confrérie de Saint-Cosme et Saint-Damien pour les chirurgiens…


Les inhumations

1400 : Jacques de Soissons, médecin à Sens et Guille


mette, sa femme
1586 : Jean Cothias, chirurgien à Sens, et Etiennette
Epoigny, sa femme, morte le 4 janvier

1623 : Gilles Lemaire, médecin à Sens, mort le 5 février
1646 : Louis Michel, Chirurgien à Sens, mort le 2 août

La communauté des chirurgiens

1731 : 19 juin, quittance de la somme de 6 £ 5s payée au

P. Roche, supérieur du couvent, pour la célébration du
service divin des saints Cosme et Damien.
2 livres de cire pour l’entretien des luminaires de la chapelle
Saint-Cosme et Saint-Damien

1733-1791 : reçu de M. Ducasse, nouveau chirurgien, 10 £

pour la réception d’un chirurgien de campagne 1 £

Bibliographie

1.
MsT : Manuscrit Tarbé, Mémorial, archives de la Société archéologique
de Sens Larcher de Lavernade , Histoire de la ville de Sens,
1845.
2.
Maurice ROY : « Le Couvent des Dominicains de Sens », Bulletin
de la Société archéologique de Sens, 1903, tome XX, p. 99-221.
3.
Abbé Bouvier : Histoire de l’Archidiocèse de Sens.
4.
Rohault de Fleury : Les couvents de St Dominique au Moyen-Âge.
5.
François HUOT : « Les Jacobins à Sens », Bulletin de liaison de la
Société Archéologique de Sens, 1975 fasc.18- p. 25.
6.
Augusta HURE : « Les fossés et portes à bastion, les conduites et
galeries souterraine, les vieilles caves de Sens… », Bulletin de la
Société des sciences de l’Yonne, 1934, T.88.
7.
Pierre PARRUZOT : « Deux documents du XIVe siècle sur le
souterrain des Frères prêcheurs de Sens », Bulletin de liaison de la
Société archéologique de Sens, mars 1960, n° 4,
8.
Joseph PERRIN : "Le rû de Mondereau", Bulletin de la Société
archéologique de Sens, 1931-1933, T 38
9.
Paul QUESVERS et Henri STEIN : Inscriptions de l’ancien diocèse
de Sens, T. 1-1897.
10. Denis CAILLEAUX : « Note sur le commerce et l’industrie à Sens
au Moyen-Âge », B.L. S.A.S., 1983 n° 26.

Retour haut de page

Date de dernière mise à jour : 27/11/2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×